HAL Fatéma (Le Mansouria – Paris)

7755052355_fatema-hal

© Fatéma Hal

Quel parcours fabuleux que celui de Fatéma Hal, ambassadrice de la gastronomie marocaine, qui a reçu lundi 13 mars 2017 le prix François Rabelais pour l’ensemble de son œuvre. Cette distinction lui a été décernée à l’Institut de France à Paris par la Fondation européenne pour le patrimoine alimentaire.

Depuis toujours au Maroc, les secrets de l’art culinaire se transmettent oralement de mère en fille. Née dans une famille modeste, le 5 février 1952 à Oudja au Maroc, Fatéma quitte à 18 ans le Maroc pour la France et se marie en 1970, avec l’homme choisi par sa famille. De cette union, elle a trois enfants. Elle suit des études de littérature arabe à l’Université Paris VIII et obtient sa licence en 1975. Elle enchaîne ses études, avec l’anthropologie à l ’Ecole pratique des hautes études et en sort avec un diplôme d’ethnologie en 1979. Elle divorce et s’engage activement pour la condition féminine. Elle rejoint Yvette Roudy au ministère des droits de la femme où elle réalise des enquêtes et des traductions. En même temps elle s’occupe d’enfants dans des îlots sensibles de la Goutte d’Or.
En 1984, elle décide d’ouvrir un petit restaurant dans le 11eme arrondissement « Le Mansouria » (de 25 places, aujourd’hui 150)), financé par un système de tontine, les banques lui refusant tout prêt. Son restaurant devient vite le temple de la gastronomie marocaine à Paris et même plus. Elle y accueille des événements culturels et implante son association pour former les jeunes femmes à la cuisine. En 2001 elle reçoit la Légion d’honneur. Cette amoureuse de la vie, publie de nombreux livres. « Avec les épices la cuisine devient alchimie. Entrer dans le monde des épices c’est partir pour une extraordinaire aventure (…), il faut savoir doser les alliances, un parfum doit respecter l’équilibre des saveurs, savoir se fondre sans se confondre», écrivait-elledans son premier ouvrage «Les Saveurs et les gestes : Cuisines et traditions du Maroc» (Beaux-livres, 1996). Dans « Ramadan, cuisine du partage » (2007), elle revient aux sources de son histoire, à la découverte de la gastronomie et à son premier jeûne. En 2011, elle se dévoile dans « Fille des frontières ».

«Ce qui m’intéresse dans la cuisine c’est de faire rêver les gens et de retrouver le sens du voyage», dit la cheffe sur le site de son restaurant où elle propose une cuisine élégante et raffinée dont la fameuse Pastilla au pigeon ( préparée pour François Mitterand.) et la Mourouzia, un délice du XIIe siècle, ainsi qu’un large choix de couscous et de tajines.  De quoi combler les palais les plus délicats!

Thierry Bourgeon/ mars 2017/laradiodugout.fr

 

Le Mansouria
11 rue faidherbe 75011 Paris
Tel : 01 43 71 00 16
Fax : 01 40 24 21 97
www.mansouria.fr

photo05-mansouria

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *