BERNARD GIRAUDEL. Les paroles d’un marchand de bonheur

Bernard Giraudel est parti sur une route du Périgord, quelque part entre son Vieux Logis de Trémolat et sa Tour Des Vents de Monbazillac , victime de l’arrêt d’un coeur qu’il avait gros comme ça.

Avec Bernard Giraudel en avril 2016 ©Thierry Bourgeon laradiodugout.fr

Avec Bernard Giraudel en avril 2016 ©Thierry Bourgeon laradiodugout.fr

« Un aubergiste qui ne vend pas du bonheur, il faut qu’il change de métier« . Des formules comme celle-là, il vous en sortait à la pelle. Je vous propose ici de l’écouter. Cette conversation, je l’ai eu il y a un peu plus de deux ans. Une fois l’enregistrement terminé je n’ai pas voulu le diffuser  sur la Radio du Goût. Il était trop tôt. Il y parlait de sa vie d’aubergiste , de sa terre d’accueil, de sa passion pour le bonheur…mais aussi de sa mort. En le réécoutant, je me suis rendu compte que c’était peut être comme un testament sonore. C’est à ce titre que je le vous le livre aujourd’hui…

Bernard GIRAUDEL 1

C’est à la Tour Des Vents, dans le bergeracois que cette conversation a été enregistrée. Bernard Giraudel évoquait cette nouvelle aventure qui sera la dernière…

Bernard GIRAUDEL 2

 

Cher Bernard, finissez donc d’entrer au paradis des gourmands…

Thierry Bourgeon/10 janvier 2019/laradiodugout.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *