» Ferrières « : une nouvelle école du luxe « à la française »

 » Ferrières « : une nouvelle école du luxe « à la française »

 © Ecole Ferrieres

© Ecole Ferrieres

Elle a été présenté officiellement à la presse mercredi dernier.
À la rentrée 2015, une école dédiée à la gastronomie et à l’hôtellerie de luxe ouvrira ses portes au château de Ferrières, situé en Seine-et-Marne, à 25 kilomètres de Paris.
A l’initiative du projet un homme d’affaires du secteur, Khalil Khater, président fondateur du groupe Accelis, spécialisé dans quatre domaines : l’hôtellerie-restauration, le luxe, le multiservices et l’immobilier.

Khalil Khater devant la presse ©DR

Khalil Khater devant la presse ©DR

« Nous sommes confrontés à des difficultés de recrutement de personnels qualifiés dans ces secteurs et nous avons pris l’habitude de faire appel à des élèves issus de grandes écoles internationales, notamment en Suisse« , a expliqué Khalil Khafer.
Il y avait donc un manque que « Ferrières » ambitionne de combler en formant du personnel pour les plus grands hôtels et restaurants au monde.
Jean-Robert Pitte, ancien président d’université de la Sorbonne et ardent défenseur de la gastronomie française, est président d’honneur de Ferrières.(C’est lui qui est à l’origine du classement par l’UNESCO, du repas gastronomique des Français).
Sollicitée par Jean-Robert Pitte, l’Upem (université Paris-Est Marne-la-Vallée) n’a pas hésité une seconde à s’associer au projet.
25 millions d’euros seront investis progressivement pour la montée en puissance de l’école, avec l’aménagement, dans le château, de dix salles de cours, d’une bibliothèque, de 400 mètres carrés de caves et de salles de dégustation, de 800 mètres carrés de cuisines professionnelles et d’un auditorium de 500 places dans l’orangerie.
Frais de scolarité : 18.000 euros par an pendant cinq ans (24.000 euros pour les étudiants étrangers). L’édifice accueillera sa première promotion de 35 à 45 étudiants qui seront recrutés via un concours postbac avec plusieurs sessions au printemps 2015. La capacité d’accueil, à terme, sera de 1.000 étudiants dont 50% d’étrangers.